Les liens qui unissent

Ardennes American Cemetery

Les liens qui unissent

Par Matthew Lussenhop,
Chargé d’affaires a.i.

Ce week-end, les Américains vont se souvenir des femmes et des hommes qui ont fait le sacrifice suprême au service de leur pays. Aux Etats-Unis, la Journée du Souvenir – Memorial Day – ce 27 mai sera commémorée par des défilés, des fanfares, et des enfants sur des vélos décorés de rubans rouges, blancs et bleus. Les familles organiseront des barbecues et se rendront sur la tombe de proches sur laquelle ils planteront un drapeau américain. En Belgique, c’est un honneur pour l’ambassade des Etats-Unis de rendre hommage aux soldats américains qui sont tombés ici et qui reposent à jamais à des milliers de kilomètres de chez eux. Ce week-end, je participerai ainsi à des cérémonies belgo-américaines dans nos cimetières de Flanders Field, des Ardennes, et de Henri Chapelle ainsi qu’à d’autres cérémonies locales de moindre ampleur. C’est une expérience réconfortante que de se joindre aux Belges dans ces gestes de souvenir simples mais néanmoins profonds.

Alors que le centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale approche, les Belges vont se souvenir de leurs propres soldats qui sont tombés pour la patrie. Durant la Grande Guerre et la Seconde Guerre mondiale, nos deux pays furent liés par la cause commune de la liberté. Ce fut aussi le cas lorsque des Américains fondèrent la Commission for Relief in Belgium, dont l’héritage se perpétue à travers les investissements dans la Belgian American Educational Foundation. Ce fut aussi le cas après la Seconde Guerre mondiale avec le plan Marshall et la création de l’Otan qui furent le fondement de sept décennies de paix et de prospérité. L’héritage de ces investissements en Belgique et au Luxembourg – qui représentent 4,5 milliards de dollars d’aujourd’hui – se retrouve dans des initiatives d’investissements actuelles comme par exemple le Plan Marshall 4.0 de la Région Wallonne.

Durant mon séjour en Belgique, j’ai pu à de nombreuses reprises me rendre compte de la force et de la résilience du partenariat belgo-américain. Au début de cette semaine, la First Cavalry Division basée à Fort Hood au Texas a commencé l’envoi via le port d’Anvers de milliers de militaires et de tonnes d’équipement destinés au flanc Est de l’Otan. C’est un exemple concret de l’importance géostratégique de la Belgique en Europe et qui est rendu possible grâce à ses investissements en infrastructures. Ce déploiement marque la troisième rotation majeure d’unités de combat américaines dans le cadre de l’opération Atlantic Resolve. Il a été rendu possible par les milliards de dollars que les Etats-Unis ont investis dans la European Deterrence Initiative, un signal clair de notre attachement indéfectible à l’Alliance atlantique et à la stabilité régionale.

Nos dirigeants au plus haut niveau ont souligné l’attachement des Etats-Unis à une relation de proximité avec l’Europe. La semaine dernière, lors d’une visite du Secrétaire Général de l’Otan Jens Stoltenberg à la Maison Blanche, le Président Trump a déclaré que « la force de l’Alliance atlantique ne dépend pas seulement de la puissance militaire mais aussi des liens profonds d’histoire, de culture et de tradition qui ont depuis longtemps uni notre civilisation. Il nous faut maintenant renouveler ces liens et nous consacrer à nouveau à notre héritage commun ».

Malheureusement, nous voyons une augmentation inquiétante de tentatives par la Russie de redessiner les frontières de l’Europe par la force et d’interférer dans les processus démocratiques de pays membres de l’Alliance. Les Etats-Unis sont aux côtés de l’Europe, prêts, déterminés, et capables pour surmonter les défis futurs à la sécurité, à la liberté, et à la prospérité. La Belgique est un partenaire actif dans cet effort conjoint, participant par exemple aux côtés des Etats-Unis et d’autres pays à la protection de l’espace aérien des pays baltes.

Les Etats-Unis tiennent ce long partenariat aérien avec la Belgique en très haute estime. C’est une approche transatlantique pour sécuriser les espaces aériens d’Europe comme d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak qui a été un complément idéal d’autres partenariats de défense que la Belgique a pour sa Composante marine et sa Composante terre. Car au fond l’Otan est une affaire de défense collective et les Etats-Unis ont toujours été aux côtés de la Belgique dont la Force Aérienne a utilisé des avions de premier plan et de la plus haute technologie depuis les premiers jours de la Guerre froide. La Vision Stratégique de Défense de la Belgique à l’horizon 2030 garantit que de nouvelles capacités terrestres, marines et aériennes renforceront la capacité de défense de l’Alliance et cimenteront également les partenariats internationaux essentiels à la sécurité de la Belgique.

Notre relation n’est pas définie par une seule bataille ou un traité bilatéral. Non, c’est un vaste et profond partenariat qui dure depuis plus de 185 ans. Alors que les pays européens aspirent à plus d’intégration et de coopération, nous sommes tous d’autant plus attentifs au partenariat transatlantique qui joue un rôle essentiel pour préserver pour longtemps encore notre sécurité et prospérité mutuelles ainsi que nos valeurs communes.